De Boothbay à Port Washington

On poursuit notre route doucement vers le sud.

De Boothbay, Maine, on se rend ensuite à York, Maine et puis à Scituate, Massachusett. Deux ports que l’on connaît déjà, mais qui sont placés à des distances raisonnables pour la navigation de jour. De plus Scituate a tout les commerces tout près pour refaire les provisions ou combler nos besoin. Une petite ville bien charmante.  On s’y arrête 2 nuits, pour refaire le plein de tout.

On quitte Scituate à 03:00 du matin, vers le Cape Cod Canal qu’il faut négocier avec le courant de marée, sinon on y passe des heures. On se retrouve de l’autre côté dans Buzzard Bay. C’est là, que notre pilote fait des siennes. Il ne maintient plus le cap et on doit terminer notre route à la barre. On s’ancre en fin de journée à Sachuest Point. La houle est forte de l’Atlantique et réussi à entrer dans le mouillage. On est debout très tôt, vers 06:00. La houle et les vents sont forts …. vers 06:30, notre chaîne d’ancre se rompt (on le sait car on l’avait mesurée avant le départ. Et on perd ainsi notre ancre toute neuve. Au moins, on sait qu’elle tenait bien, notre Delta. C’est trop venteux et la houle est encore forte, on se met à un mouillage privé dans la baie, histoire de laisser passer le mauvais temps et de récupérer de nos émotions.

Dans les guides, on cherche, un endroit où on pourra faire réparer le pilote et acheter une nouvelle ancre. On a que 15 milles nautiques à faire et on se rends à Jamestown dans la région de Newport, Rhode Island.

On découvre ainsi Jamestown, lieu de voile et de plaisance et île de riches propriétés. Durant les quatres jours de notre arrêt, on s’y balade un peu.

Les lieux y sont calmes et propice à la détente. On prend du mieux à la suite de nos ennuis. L’ancre est vite remplacée et le drive du pilote aussi. On est prêts quatre jours plus tard à repartir.

On découvre, un nouvel ancrage dans le Long Island Sounds, il s’agit des îles ‘The Thimbles’, toutes petites, mais nombreuses qui offrent de bons abris aux navigateurs.

On quitte ces îles et on se rend à l’entrée de l’East River par vent arrière, mais des vagues qui nous roulent sans arrêt. On avait prévu s’arrêter à City Island, mais on choisit plutôt Port Washington, NY. On y est mieux protégé des vents d’est.

Port Washington a tout à offrir mais surtout un abri sûr. Après l’ancrage deux nuits, on prend un mouillage. C’est que la météo s’annonce vraiment mauvaise sur l’Atlantique. On essuiera des vents de 40 à 50 noeuds pendant notre séjour et toujours, on s’est senti en sécurité au mouillage.

Entre les vents forts, on peut aller à terre faire les courses et surtout marcher …. ahhhh çà fait du bien de se dégourdir les jambes.

En tout et pour tout, on sera resté 10 nuits à Port Washington à attendre qu’une fenêtre météo favorable se présente dans l’Atlantique. Demain, on quittera pour faire la East River, dodo à Sandy Hook, puis 48 heures de voiles pour se rendre directement à Norfolk. Il faut croire que l’attente, nous a donné des ailes … on a le goût de faire du sud !!!!

Important !!!!!! Le moral et la santé vont bien. La bonne humeur est au rendez-vous aussi. Bye famille, amis et navigateurs qui nous lisent.

Deuxième départ (de Meteghan à Boothbay)

Salut à tous et à toutes !

Après presque onze mois comme terriens, nous revoici repartis en navigateurs.  On a loué la maison pour deux années complètes, nous sommes libres de continuer.

Le 15 août, on retrouve donc Julia IV à Meteghan en Nouvelle-Écosse. Meteghan est devenu pour nous un deuxième foyer. On s’y sent bien avec nos amis acadiens. Belles retrouvailles, avec Delbé et Mary. On prépare le bateau et on profite aussi de la vie.

C’est bon de retrouver le bateau !

C’est bon de retrouver les  amis !

On travaille fort durant trois semaines. Il y a des modifications à faire : installer des bossoirs pour le nouveau dinghy, convertir le combustible du gaz naturel au propane, mettre deux couches de peintures anti-sallissure, laver tout l’intérieur et l’extérieur du bateau, cirer la coque, refaire les joints pour le pont de teck, vérifier le moteur, les instruments … et tant d’autres petites choses essentielles. Mais après deux semianes Julia IV est mis à l’eau au chantier de A.F.Thériault. Merci à tous ceux qui nous ont aidé pour que Julia soit à l’eau si vite. On se lève tôt à bord, à preuve ce magnifique lever de soleil pris dans le port de Meteghan.

Les travaux continuent à un bon rythme.  On fait des courses aussi pour ré-approvisionner le bateau. On en profite pendant qu’on a encore l’auto. Bientôt, on sera comme les autres navigateurs qui débarquent à terre … c’est à dire … à pied !

Une semaine à peine depuis la mise à l’eau et on doit se préparer pour l’ouragan Earl qui s’en vient sur la Nouvelle-Écosse. On se cache un peu plus à l’intérieur du port, à l’épaule d’un bateau de pêche : Le Suroît. Avec l’aide de Delbé, on installe de grosses amares et plusieurs défenses. On se prépare …. mais Earl vire à la dernière minute et frappe plutôt la côte sud de la N-É. On était prêt mais vaut mille fois mieux ne pas avoir affaire à un ouragan.

Ça y est, on est fin prêt. Le bateau est prêt et l’équipage aussi. Delbé et Mary nous reçcoivent pour un dernier souper : fruits de mer au menu ; moules, crevettes, pétoncles et homard, sans oublier le délicieux gâteau au chocolat. Vous nous manquez déjà les amis …. on a hâte de vous retrouver sur le Julia IV.

Nos amis, viennent nous faire leurs dernières salutations et le jeudi, 9  septembre 2010, on largue les amares. Bye Mary et Delbé …. bye Meteghan … l’aventure nous appelle !

Première navigation de nuit, 90 miles nautiques à faire. La météo est belle, Julia file sur l’eau et les marins se ré-amarinent.

Une fois les douanes faites, on se repose une journée complète èa Bar Harbor et un peu plus en déambulant dant les rues de cette petite ville touristique. On repart ensuite vers Rockport, ME. On ne s’y atarde pas … on y arrive en fin de journée et on repart au petit matin.

Et puis, on a hâte de revoir Boothbay, ME. On avait adoré, on adore encore. On s’emplit les yeux de ces petites boutiques, façon Nouvelle-Angleterre. Et puis, il y a tant de belles choses. Leur clam chowder est toujours le meilleur.

Deux nuits à Boothbay,ce n’est pas trop. On reviendra toujours avec plaisir.

Demain départ vers York, notre dernièere étape dans le Maine.

Autrement tout va bien, le bateau est en ordre, les communications possibles et le bonheur règne à bord.

À bientôt, Dominique et Jean-Françcois.

De New York à Yarmouth !

Julia IV

Après quelques jours de repos et de visite à la Grosse Pomme, il est temps pour nous de repartir vers le nord ! Cathare est déjà parti la veille et nous on quitte Folie d’O qui reste encore quelques jours. On s’ennuie déjà de nos amis. Quand on part de New York par la East River, il faut bien calculer son heure de départ. Car les courants dans cette rivière sont très importants et leurs directions dépendent de la marée. Le courant peut atteindre les 6 noeuds et s’inverse selon les marées.

Notre passage de la East River s’est bien passé avec un courant portant qui nous a poussé jusqu’à City Island, au début du Long Island Sound. On y jette l’ancre pour y attendre encore une météo favorable et des courants portants aussi. On y passe deux nuits, puis on peut repartir dans le Sound. On y fait plusieurs arrêts à l’ancre et au mouillage car le Sound est très long à traverser : Charles Island (Milford), Saybrook (où l’on découvre un beau mouillage protégé et gratuit), Sachuest.

De Sachuest, on fait une longue journée de navigation, pour traverser le Rhode Island Sound, Buzzard Bay, le canal Cape Cod, la baie de Cape Cod et se retrouver sur la côte Atlantique à Scituate, Mass. 75 miles de navigation en 12 heures. Dans ces eaux, il faut aussi planifier soigneusement son passage car les courants y sont très forts, surtout dans le canal Cape Cod et Buzzard Bay (jusqu’à 4-5 noeuds).

Scituate

Scituate est un endroit bien agréable pour se reposer un peu. Une belle petite ville de bateau en tout genre. Les mouillages y sont sûrs, le ‘water shuttle’ nous emmène en ville et tout près il y tout ce dont on peut avoir besoin pour se ravitailler. Dominique s’y achète une belle flûte en bois et des sandales convertibles

On reprend la mer vers York, première étape du Maine, puis vers Boothbay. On a vraiment adoré Boothbay, village de pècheurs, de plaisance et de tourisme. La petite ville a de tout et l’architecture des maisons et la protection du port, incite à la relaxation et aux vacances.

Boothbay

On y reste une semaine pour bien goûter la ville et ses charmes. On y mange le meilleur ‘Clam Chowder’ et les meilleurs ‘Fish & Chips’ de tous les É-U, à notre avis. Les marinas abondent, les mouillages aussi.

Boothbay

On a tout en ville et on en profite pour faire les boutiques et de longues marches. On y rencontre aussi un bateau américain : Serenity qu’on espère revoir peut-être dans les Maritimes. On se promet qu’on reviendra à Boothbay en bateau ou en auto …. un petit coin méconnu au Québec mais qui mérite de l’être.

Comme on a passé plus de temps à Boothbay que prévu et que l’on est bien reposé et que la météo s’annonce bonne, on décide de traverser directement de Boothbay à Yarmouth en Nouvelle-Écosse. 158 miles nautiques et 26 heures de navigation superbes. On y rencontre notre première baleine. On n’en avait plus revu depuis longtemps et en approchant de Yarmouth, notre premier phoque nous attend. C’est tellement différent la Nouvelle-Écosse : son climat, ses gens …. c’est déjà notre premier arrêt au Canada.

Yarmouth

Yarmouth  On y retrouve nos amis Acadiens de La Butte : Delbé et Mary, ainsi que leur fille Rosy-Anne. Quel bonheur de les revoir et de partager un repas avec eux! Et puis Delbé a une connaissance tellement grande de la mer et des bateaux, c’est un vrai plaisir que de jaser et échanger avec lui.  On se sent déjà un peu chez nous ici en N-É. On profite encore de Yarmouth, on y découvre la rue Collins avec ses maisons extraordinaires et on flâne dans le County Museum où les objets de la mer et autres objets sont exposés.

Yarmouth On goûte aussi à la fameuse tarte au coconut de chez Mern’s …. mmm un vrai délice divin. On rencontre aussi un bateau allemand : Santa Maria. Son capitaine est parti de Berlin et a traversé l’Atlantique des Canaris jusqu’au Antilles. Maintenant, il remonte la côte et se reprépare à traverser vers l’Europe. Est-ce qu’on vous a dit qu’on adore la Nouvelle-Écosse ? Oui en effet, on l’adore !!!

On vous salue tous et toutes et on vous embrasse bien fort.

À la prochaine.

De Fernandina (Floride) jusqu’à New York !

En route vers Charleston

On n’aura pas eu à attendre longtemps à Fernandina ! Un seul dodo et le lendemain déjà la météo nous est favorable, nous sommes heureux de reprendre la mer. L’objectif est de se rendre d’abord jusqu’à Charleston et ensuite Southport (pour éviter l’Intracoastal de la Georgie et aussi de la Caroline du sud). Quelle belle traversée ! Avec des vents réguliers du SSE à 10-20 noeuds. On a pu observer encore des dauphins et aussi des raies qui sont passées tout près du bateau. Une traversée de 30 heures, par beau temps, ça se savoure … c’est ce qu’on a fait avec nos amis de Cathare.

CharlestonCharleston

Nos amis Sylvie et Jean-Pierre à notre arrivée à Charleston.

On arrive donc le lendemain à Charleston, on y reste deux nuits, le temps de refaire le plein de diesel et de se reposer un peu avant une autre traversée. On y trouve un très bon ancrage juste en face de la Marina Municipale. 

 Charleston

Ancrage de Charleston au soleil couchant

On repart donc deux jours plus tard par la mer, en direction de Southport, une traversée encore bénie par vent arrière du SW à 10-20 noeuds. On arrive juste à temps le lendemain matin, à Southport, pour bénificier du courant de flot et on décide de continuer dans l’Intracoastal jusqu’à Wrightsville. En tout 28 heures de navigation. On a bien fait car les prochaines journées n’aurait pas été propices pour la traversée Charleston-Southport. Mais à partir de Southport, l’Intracoastal ne présente pas de difficulté, on va donc pouvoir poursuivre vers le nord quand même.  On s’intalle donc à l’ancre à Wrightsville.

Une belle surprise nous attends à Wrightsville.

Carole et Raymond de Folie d'O

Carole et Raymond de Folie d'O

On y rencontre enfin nos amis de Folie d’O, Carole et Raymond qui reviennent des Antilles. On avait eu des nouvelles d’eux de temps en temps via le Réseau du Capitaine, mais maintenant ils sont là. Ils s’ancrent tout près de nous. Des belles retrouvailles !!! On fera la route ensemble maintenant à trois bateaux : Cathare, Folie d’O et Julia IV,  jusqu’à New York. C’est bien plaisant de naviguer en flotille ! Et on s’entend tellement bien entre nous, tous les six.

On poursuit donc la route dès le lendemain via l’Intracoastal (à cause des vents). En deux jours, on arrive à Moorehead City en Caroline du nord. On avait parlé, à nos amis, de Moorehead. Il y a là un resto pas cher et servant une nourriture excellente qui accepte que l’on passe la nuit à leur quai (avec eau) à condition que l’on y mange : le Ruddy Duck. Mais il n’y a qu’une seule place à quai. On est chanceux, il se libère comme on arrive et on peut s’accoster. On s’installe donc les trois bateaux à l’épaule ensemble. Quelle bel endroit et quelle belle journée. On repart déjà le lendemain, mais juste pour se rendre à quelques miles, du côté de Beaufort. On s’y installe à l’ancre avec plusieurs autres bateaux. On y débarque tous grâce au taxi de Folie d’O.

Beaufort

En effet Carole et Raymond ont des bossoirs pour leur dinghy et c’est très rapide le mettre à l’eau. Et puis, ils nous l’offrent avec tant de gentillesse. On devient de plus en plus un groupe d’amis très proches. À Beaufort, on se paye une bonne bouffe encore et on en profite pour y visiter leur musée de la mer. Les maisons y sont aussi très belles et on se balade un peu en ville pour les admirer.

On repart encore ! Cette fois on a pas vraiment le choix, c’est encore via l’Intracostal. En effet la plupart des assureurs ne couvrent pas le passage du Cap Hatteras par la mer. Il faut donc prendre l’Intracoastal jusqu’à Norfolk, environ 200 miles nautiques plus au nord. En plus de canaux et rivières, on y traverse plusieurs grands plans d’eau aussi. Mais on a la météo avec nous et on peut sortir les voiles parfois pour faire le plus de route possible.

Cathare à l'avant

Cathare à l'avant

Folie d'O

Folie d'O

On est vraiment rapide car en seulement trois jours, nos trois bateaux arrivent à Great Bridge (nom de la ville), à seulement 12 miles de Norfolk. Il y a là un quai public auquel on peut tous s’ammarer pour y passer quelques jours. En effet on est tout près de Norfolk et notre plan est de traverser de Norfolk directement vers Sandy Hook (tout près de New York). On préfère attendre à Great Bridge au quai, dans une ville qui nous offre plein de restos et une belle épicerie. On est tous accosté sécuritairement et on peut aussi faire des 5 à 7 juste à côté de nos bateaux, dans le petit parc adjacent. On profite encore de la vie avec  nos amis.

On repart un beau matin  pour se rapprocher de la mer et on jette l’ancre à Willoughby Pit, tous parés pour la traversée du lendemain, vers Sandy Hook. On part donc le 21 mai en mer avec des vents du secteur sud d’environ 10 noeuds pour les deux jours suivants. On arrive à Sandy Hook, le 23 après 48 heures de belle navigation en mer, toujours à trois bateaux. On s’y repose deux nuits et on se déplace à nouveau pour se rendre à New York, au mouillage de la marina de la 79ième rue.

Le courant y est fort, mais les mouillages sont très bons et pas chers. En plus, c’est la marina la mieux située pour visiter les principaux points d’attraction de cette grande ville. À partir de la Marina, on se rends à pied à Central Park, Times Square, Broadway, Fifth Avenue et l’Empire State Building.

Central parc

Central Parc

 

Time square

Times square

On part à pied sans se préoccuper de la distance que l’on marche, car on revient toujours en métro qui couvre tellement bien toute la ville. On visite donc la ville avec nos amis et on profite de leur présence, car c’est aussi ici que la Communauté des Bateaux sera dissoute. Cathare repart dans deux jours par la Hudson, Folie d’O dans une semaine par la Hudson aussi et nous par le East River dans trois jours en direction du Long Island Sound, de la Nouvelle-Angleterre et éventuellement des Maritimes.

Jean-François Dominique Carole Raymond

Jean-François, Dominique, Carole et Raymond

Jean-Pierre Sylvie

Jean-Pierre et Sylvie

 

On a adoré New York : son gigantisme, ses buildings, ses extravagances, sa gastronomie …. ça été l’émerveillement. On y a passé trois jours, on y serait bien resté une semaine …. mais on reviendra. Bye bye New York !!!

L’Intracoastal jusqu’à Fernandina

L'intra coastalÀ partir de Titusville, nous choissons de naviguer dans l’Intracoastal jusqu’à Fernandina.  Nos amis Sylvie et Jean-Pierre, sur Cathare nous accompagnent. Notre arrêt à Titusville, nous aura aussi permis de réparer l’alternateur et le moteur du guindeau. En route vers Saint-Augustine, notre ville coup de coeur, un petit dodo à l’ancre  à Daytona s’impose avant d’arriver à destination.

Ste-Augustine

Nous sommes encore sous le charme de Saint-Augustine qui regorge de petits coins romantiques à souhait. Les balades dans les petites rues de la ville et la découverte de magnifiques jardins et arrière-cours s’ajouteront à nos souvenirs de cette ville bien différente de toutes les autres aux États-Unis.

Les glaces italiennes de Ste-Augustine

Nous ne pouvons pas résister à l’envie de déguster, à nouveau, une glace italienne à la noix de coco chez Hidalgo, sur la rue St-George.   Saint-Augustine est pour nous un pur délice pour tous les sens.

On repart ensuite vers Fernandina. On s’y met à l’ancre, avant de reprendre la mer, direction Charleston.

De West Palm Beach à Titusville

Rebonjour à toutes et à tous !

 Notre remontée est bien amorcée. Après un arrêt obligé à West Palm Beach pour les formalités de Douanes et Immigration, on repart vers le nord. En passant, pour d’autres navigateurs … les formalités sont très faciles à cet endroit : on jette l’ancre à Lake Worth, près de l’Inlet , on téléphone à la douane et on se rend à la marina Riviera, du lundi au vendredi seulement)(ne pas arriver à cet endroit la fin de semaine … ils vous envoient à l’aéroport … loin et couteux en taxi.

On reprends la mer, puis on entre par l’inlet de Fort Pierce et on continue jusqu’à Vero Beach.

retour-aux-usa-016On se reserve un mouillage à $10/jour. Nous y sommes restés quelques jours, pour faire des emplettes (nouriture, pièces moteur et divers autres achats). À Vero Beach, le système d’autobus est gratuit et vous emmène partout dans la ville, c’est très facilitant. Et puis le site est bien protégé ! Quand on reviendra, on s’y arrêtera à nouveau, c’est magnifique. Ce qui nous frappe le plus dans notre retour aux É-U, c’est de retrouver l’abondance. Ce n’est pas que les choses n’étaient pas disponibles aux Bahamas …. mais ici, c’est l’opulence et à bons prix. On se rends compte,combien on est privilégiés, chez nous comme ici !

On navigue toujours avec nos bons amis de Cathare … Sylvie et Jean-Pierre ! On s’entends vraiment bien avec eux … c’est facile et on se ressemble. C’est bon de trouver d’aussi bons amis en cours de route. On s’aide, on partage les soupers ou les 5 à 7, on partage aussi nos connaissances et notre bonne humeur …. ils sont tellement gentils. On passe du très bon temps avec eux. Merci Sylvie et Jean-Pierre, on est heureux de vous connaître.

Lever de soleil à la marina de Titusville

Lever de soleil à la marina de Titusville

Deux autres journées de navigation dans l’Intracoastal et on arrive à Titusville. Cette ville est petite, mais elle a une belle marina municipale et n’est pas très loin de Disney World. On a donc loué une voiture avec nos amis et …. direction Epcot et Magic Kingdom.

C’est pour nous, notre première visite à  Disney World. Tout nous émerveille. Le site est énorme et tellement bien organisé. Même si les gens étaient nombreux à cause des congés scolaires, le site est suffisamment grand, pour permettre de s’amuser et de visiter les différentes attractions.

disnay-004

On a commencé, le premier jour, par Epcot Center. Un site, qui regroupe des pavillons de pays et aussi des attractions en tout genre. On a réussi à faire les principales : Soarin, Spaceship Earth, Mission : Space, Universe of Energy, la Norvège, le Mexique et la Chine. Sur le site, on s’est également régalé de mets aziatiques et de saucisses et choucroute allemandes. Le soir … fabuleux feu d’artifice sur le lac. Tout cela …. innoubliable … comme vous pouvez le voir sur les photos.

disnay-0172

 

 

 

 

 

 

Pour la deuxième journée, on se rend à Magic Kingdom … un site pour enfants de tout âge. Nos yeux brillent d’excitation toute la journée. C’est un lieu magique, où tout est prévu pour stimuler les sens et l’imagination. On s’est bien amusé. On a, là aussi, réussi à faire les principales attractions : Pirates of the Caribbean, Swiss Family Tree House, Big Thunder Mountain Railroad, Liberty Square Riverboat, It’s a Small World, Carousel of Progress, Stitch’s Great Escape et Monster Inc. On se rend également pour la parade de l’après-midi et pour le spectacle ‘Spectromagic’ en soirée et le feu d’artifice au dessus du château Disney. Wowww, quelle autre magnifique journée.

disney

disney

 

disney

 

 disney

 Deux journées bien remplies. Quelle belle aventure, on a vécu encore.

Avant de reprendre notre navigation, nous profitons de cet arrêt à quai pour nettoyer et rincer le Julia IV qui en a bien besoin.  Les lamantins qui ont élus domicile dans l’enceinte de la marina, s’affairent autour du bateau pour boire l’eau douce qui s’écoule doucement du pont. 

 

Ils sont vraiment friands d'eau douce

Ils sont vraiment friands d'eau douce

De Georgetown jusqu’en Floride !

Le vent est au rendez-vous, la navigation est belle et notre passage au ‘cut’ de Galliot est beaucoup mieux planifiée …. nous revoilà sur le banc des Exumas.

 black-point

Blow hole à Black Point

Premier arrêt : Black Point. On découvre cette petite communauté accueillante. On se balade à pied, on remplit les réservoirs d’eau, on découvre le ‘blow hole’ : un trou dans le sol ou la vague de la mer est projetée dans les airs. On y rencontre Mystie, bateau de Jean-François et Stéphanie et on fait un échange de DVD, car des deux côtés, on a vu tous nos flims. Par radio, on communique avec ‘Road to the Isles’, le bateau de Don et Cherryl Barr, on les rencontrera à Big Major.

 

 

Les cochons sauvagesBigMajor : 5 à 7 avec ‘Road to the Isles’. On va aussi sur la plage pour voir et nourrir les cochons sauvages, ils y sont habitués, allant jusqu’à nager au devant des dinghys qui s’approchent de leur plage. Puis on entend sur la radio que Oliver Plunkett et Cathare seront à Black Point le lendemain.

black-point

On les y retrouvera.

Black Point II : on retrouve nos amis. Durant ces journées à Black point, on ira recueillir de la fleur de sel, on fera un souper de navigateurs au ‘Lorraine’s café’, on y rencontre Odin, le bateau de Nicole et Roger. Pour nous ce sera aussi nos premiers essais à la pêche en plongée et à la ‘sling’. Essais infructueux mais qui nous permettent de commencer à apprendre la technique. On repart de Black Point avec nos amis de Cathare et on naviguera ave eux jusqu’en Floride.

 

parc-des-exumas Julia IV

Hawksbill Cay : on redécouvre à nouveau ces merveilleuse plages, on grimpe pour prendre des photos, on cherche les ruines des loyalistes sans les trouver, mais quelles journées merveilleuses sur cette île isolée.

Shroud Cay : courte escale pour aller voir les mangroves de l’île.

Première prise, une balisteNorman’s Cay : enfin nos efforts de pêche sont récompensées : un mérou et quatre balistes sont capturées, ce soir on soupera de notre pêche. On se balade sur l’île aussi, pour voir les anciennes installations des contrebandiers.

Highbourne Cay : on s’y repose et on attend que les vents se calment pour le retour sur Nassau.

 

L'escalier des esclaves

Nassau : on s’y arrête quelques jours et on ne le regrette pas. On découvre cette fois les vrais charmes de la ville. Il y a tant à voir. On y visite deux forts, on trouve l’escalier des esclaves, on voit des édifices coloniaux magnifiques, on fait du shopping et on se paye la traite au resto.

nassau

Ça faisait longtemps que l’on avait pas été ‘en ville’. On s’est pris une Marina pour ce séjour en ville : Central Harbour, très bien située et pas trop chère.

Bimini : on repart de Nassau, la météo est bonne, on navigue avec Cathare vers Bimini. 22 heures de voiles et moteur, magnifique traversée, c’est bon de voyager à deux bateaux, c’est rassurant aussi. On arrive à Bimini, à Alice Town, le matin tôt. On prend la marina car les ancrages ne sont pas très bons et puis la marina Blue Water est propre, moderne et pas dispendieuse.

Bimini

Gulf Stream : on quitte Bimini au matin, pour la traversée du Gulf Stream, les vents sont bons : 15 à 25 nœuds et du Sud-Ouest : parfait pour faire de la voile et les meilleures conditions aussi pour avoir une vague confortable sur l’arrière du bateau. Ça été notre plus belle journée de voile, on filait parfois à 10 nœuds poussés par le Gulf Stream. Beau soleil, il fait bon … on peut même cuisiner un peu. Quelle superbe traversée. On rentre le soir par l’inlet de Palm Beach et on jette l’ancre dans Lake Worth … l’ancre tient bien … wow quelle splendide journée. Il ne reste qu’à faire notre appel à la douane américaine avant de se coucher, heureusement Cathare a un cellulaire, ça y est c’est fait. Le lendemain on se rend à l’immigration américaine pour terminer nos formalités d’entrée aux USA.

Des Bahamas : on retiendra surtout la limpidité et les couleurs de l’eau, ses plages de sables blancs et fins, ses coraux et ses poissons, les gens gentils et accueillants, pas pressés … relax !

parc-des-exumas

parc-des-exumas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On retiendra aussi toutes les belles rencontres faites avec d’autres navigateurs.